Magasiner au Burkina Faso!

Au Burkina Faso, il y a plusieurs types de commerces bien différents de ceux du Québec vous allez voir pourquoi! Il y a les marchés permanents ou temporaires, les commerçants ambulants en plus des boutiques et des magasins.

Les marchés permanents ou temporairesLeo_Markt2384832183_f1dc64da24_bPour commencer, chaque ville ou grand village a son propre marché. Ce sont généralement les femmes qui vendent les marchandises qui viennent de la campagne (fruits, légumes, céréales et plus). Pour les hommes, c’est plutôt les tissus, les animaux domestiques, la viande et divers objets manufacturiers importés. Il y a aussi plusieurs coins : les maraîchers, les fripiers, les animaux domestiques, les bicyclettes et autres deux roues, etc. Souvent, les marchés dépassent les limites qui leur sont réservées et les rues deviennent animées. Les marchés ont lieu environ tous les trois jours. Saviez-vous qu’au Burkina Faso le marché Rood Wooko, le plus important du pays, a brulé en 2003? Il se trouvait à Ouagadougou.

Commerçants ambulants

Avenue-dans-Ouagadougou_0De plus, sur certaines routes et carrefours (lieu où se croisent plusieurs routes),  de nombreux marchands vendent leurs marchandises aux automobilistes. Ces personnes sont hors la loi parce qu’ils n’ont souvent pas de permis de vente, car ils sont souvent trop chers. Aussi, ils sont trop pauvres pour se payer un espace dans les marchés permanents. Malgré tout, le gouvernement n’intervient pas parce que ces cas sont trop fréquents. La plupart des vendeurs sont des adultes. Ils proposent de nombreuses marchandises comme des arachides, des fruits et légumes et autres produits récoltés dans les champs. Par contre, il y a plusieurs parents qui envoient leurs enfants vendre quelques trucs. Ceux-ci se présentent avec des caisses de bois remplies de petites marchandises comme de la gomme à mâcher, des mouchoirs en papier, des piles ou des crayons. Ils vendent aussi des cigarettes, mais à l’unité.

Les boutiques et les magasins

Dans les boutiques et les magasins, ce sont rarement les Africains qui sont les propriétaires. C’est plutôt des Libanais et des Chinois qui en sont propriétaires. Souvent, les magasins et les boutiques offrent des produits de luxe. Puisque la plupart des Burkinabés sont pauvres, ces boutiques se font rares. Il y a aussi des épiceries comme Marina market ou Bingo market. C’est là-bas qu’on peut s’approvisionner en petites marchandises et en boissons froides. De plus, nous y retrouvons beaucoup de friperies. Les Burkinabés sont de très bons artisans. Dans beaucoup de villages on forge, on file le coton et on travaille le bois. Le travail du bronze est remarquable et on peut facilement voir les artistes à l’œuvre dans les grandes villes. Le raphia, un genre de palmier, est aussi présent et fournit des paniers solides ainsi que des fauteuils confortables.

Alors, un peu de magasinage au Burkina Faso, ça vous intéresse?


Par Lee-Ann, Maëlle et Lou, journalistes en herbe
École Notre-Dame-de-Bonsecours, Bonsecours

Sources :

Burkina-Faso.ca : http://www.burkina-faso.ca/un-marche-du-burkina-faso-le-21-de-reo-en-images/
Le petit futé : https://www.petitfute.com/p109-burkina-faso/guide-touristique/c41941-politique-et-economie.html